Le domaine

Le château
Aux confins du Périgord et à quelques lieues de la Gironde, le Château Monestier La Tour doit son nom au très ancien monastère sur les bases duquel il a été édifié. Le château est situé sur une petite colline protégée d’où l’on peut voir de loin sans être vu.
Entièrement restructuré en 2012, dans le profond respect de l’architecture d’origine, il est entouré d’un vaste parc aux multiples essences et bordé par un vignoble qui compte aujourd’hui une trentaine d’hectares.

L’emblème
du château

Pour la réalisation des étiquettes, il s’agissait de dépeindre l’élégance des lieux et son histoire. Le château est représenté par un dessin au trait qui met en valeur ces caractéristiques.

 

Le blason reprend les armes des comtes de Pellegrue, premiers propriétaires du domaine. Le coloris azur, symbole de noblesse, pare le blason ainsi que la collerette des bouteilles.

 

Les étiquettes « Cadran » font honneur au cadran solaire, dont les lignes d’ombre aident depuis l’Antiquité les hommes à se repérer dans le temps. C’est un cadran de ce type qui accueille les visiteurs à l’entrée du château, où ils sont reçus par Margaret Delbeke. Il symbolise aussi l’alternance des saisons et l’exigence patiente. Cette allusion au temps rappelle enfin l’horlogerie, domaine de prédilection de Karl-Friedrich Scheufele.

 

La citation de Rodin, à laquelle Karl-Friedrich Scheufele est très attaché, « Ce que l’on fait avec le temps, le temps le respecte », renvoie également aux notions de persévérance et de considération pour la nature.

L’histoire
du château

Le Château Monestier La Tour est une très ancienne propriété du Bergeracois, qui domine le petit village de Monestier, à quelques rangs de vignes du département de la Gironde, à l’ouest, et de la commune viticole de Saussignac, à l’est.

 

Connu aujourd’hui pour ses vins, Monestier a d’abord été une maison forte bâtie au Moyen Âge, et dont les plus anciennes parties datent du XIIIème. Puis, son architecture évolue au cours des siècles vers un élégant style Renaissance, mais la haute tour qui commande le domaine conserve sa silhouette médiévale sous l’influence de Viollet de Duc.

 

En 1994, le Château Monestier La Tour a considérablement été endommagé par un incendie et ne se relève de ses ruines qu’à partir de 1998, grâce aux investissements de Philip de Haseth-Moller, homme d’affaires néerlandais, qui s’en porte alors acquéreur. Il rénove à l’époque les bâtiments, et réhabilite le vignoble.

Peu à peu, le domaine retrouve un rang parmi les grands vins de Bergerac, et occupe fièrement sa place au cœur de la campagne vallonnée qui l’entoure. Afin de redonner leur beauté aux aménagements extérieurs, l’architecture paysagère du Château Monestier La Tour a été repensée petit à petit par la famille Scheufele avec l’architecte paysagiste Monsieur Varin.

 

Le paysage environnant la propriété a également été réaménagé. Le but est de conserver la qualité de la campagne aux alentours, de favoriser la polyculture (un peu de vigne, de prairie, de bocage, de petits bois, de terres cultivées) et de réaliser une mosaïque de parcelles. Des thématiques particulières, comme les arbres fruitiers, très importants en Dordogne, sont préservés. Des pruniers et pommiers décoratifs sont replantés uniquement pour leur beauté, sans récolte.

 

Au Château Monestier La Tour, l’architecture dialogue ainsi avec le paysage environnant, dans le respect de l’histoire, de la région et de ses traditions.

Les douces collines qui entourent
le Château Monestier La Tour confèrent au paysage bergeracois une atmosphère d’harmonie et de sérénité.
C’est un lieu magique, idéal pour se reposer, profiter du moment présent et observer nos vignes au fil des saisons.

Christine Scheufele

Le raffinement
des détails

L’ensemble de la propriété est digne d’un livre d’images. Raffinement et souci du détail se retrouvent dans les moindres recoins du Château Monestier, que ce soit au niveau de la charpente du chai à barriques, des charnières anciennes des portes et des fenêtres ou encore des pavés posés un par un.

 

L’ensemble se marie parfaitement avec l’environnement, la nature et l’histoire du lieu. Les travaux ont été réalisés, et continuent de l’être, par des artisans locaux passionnés par leur métier qui font revivre le savoir-faire qui leur a été transmis.